Poste d’expert-e en calcul scientifique (ingénieur de recherche) au concours CNRS.

Calcul scientifique et optimisation de simulations numériques pour la physique de la matière condensée de l’Institut Néel et du LPMMC.

Mission :

L’expert-e en calcul scientifique pilote la partie technique (développement de code, parallélisation, optimisation, support aux chercheurs) des activités de calcul scientifique et d’optimisation de simulations numériques pour la physique de la matière condensée de l’Institut Néel (60 pour cent du temps) et du Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (40 pour cent du temps).

Activités :

  • Aider les chercheurs à la conception et au développement de codes de simulation en physique
  • Évaluer la qualité et l’efficacité des codes développés ou existants
  • Proposer des solutions techniques (choix d’algorithme, optimisation de la compilation, parallélisation...) pour pousser ces codes à l’état de l’art
  • Adapter les codes aux architectures des machines de calcul ciblées
  • Assurer la veille technologique vis à vis des nouvelles méthodes et plateformes (par ex. machine learning et tensorflow)

Activités associées :

  • Participer à des projets de recherche au plan national et international et aux publications associées
  • Participer à la valorisation des travaux
  • Assurer le transfert des connaissances, des savoir-faire et des bonnes pratiques auprès des chercheurs : participer à la formation des utilisateurs du calcul numérique intensif, diffuser et valoriser les méthodes et outils développés
  • Interagir avec les structures de calcul intensif, notamment l’unité d’appui à la recherche « Grenoble Alpes Recherche Infrastructure de Calcul Intensif et de Données - GRICAD ».

Compétences :

Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires :

  • Connaissances approfondies en physique, notamment en mécanique quantique, une spécificité en physique théorique ou numérique serait un plus
  • Connaissance approfondie des mathématiques appliquées et des méthodes numériques (algèbre linéaire, intégration...)
  • Connaissance générale des architectures matérielles, des systèmes distribués, et des systèmes d’exploitation
  • Connaissance générale des outils de qualité logicielle favorisant l’interface utilisateur
  • Identification des méthodes numériques, techniques, d’optimisation et de programmation ainsi que des tests de validation adaptés aux problématiques scientifiques
  • Connaissance générale de bibliothèques de programmes de calcul scientifique (LAPACK, BLAS ou équivalent)

Savoir-faire opérationnels :

  • Expertise en programmation pour le calcul scientifique intensif et parallèle (développement, portage sur différentes architectures)
  • Connaissance des techniques d’optimisation sur différentes architectures du calcul intensif
  • Maîtrise d’un langage compilé (Fortran ou C/C++), ainsi que d’un langage de script (Python ou Julia)
    - * Connaissance générale des accélérateurs et des langages de programmation associés
  • Maîtrise de l’environnement Unix/Linux
  • Maîtrise de l’ensemble des méthodologies de la conduite de projet
  • Autonomie, prise d’initiative
  • Bonnes capacités de communication, de travail en équipe et d’interaction avec les utilisateurs et développeurs
  • Connaissance de l’anglais technique nécessaire à la compréhension de documentations techniques et aux échanges avec des chercheurs étrangers (B2 selon le cadre européen commun de référence pour les langues).

Contexte :

L’Institut Néel et le Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux
Condensés (LPMMC) sont situés sur le même site du polygone scientifique à Grenoble et ont déjà de nombreuses collaborations. Les deux unités de recherche sont dotées de serveurs de calculs performants (> 600 cœurs disponibles, > 5 To de RAM) entièrement gérés par leurs administrateurs réseaux qui en assurent le bon fonctionnement ainsi que l’évolution.

L’expert-e en calcul scientifique exercera ses fonctions sous la responsabilité hiérarchique du responsable du service informatique (1 IR, 3 IE, 2 AI) de l’Institut Néel. Ce dernier conduira ses entretiens annuels avec si besoin, l’assistance d’un représentant du LPMMC.

L’Institut Néel regroupe une vingtaine de théoriciens et autant d’étudiants, postdoctorants et expérimentateurs faisant de la modélisation principalement en physique de la matière condensée. Une majorité d’entre eux utilise l’outil numérique "haute performance".

Le LPMMC est un laboratoire de physiciens théoriciens, avec une recherche centrée sur la physique de la matière condensée, la physique quantique et la physique statistique. Parmi ses 15 membres permanents, une moitié utilise des calculs numériques poussés, avec des méthodes du type Monte Carlo quantique, solution d’équations aux dérivées partielles type Navier-Stokes, DMRG et diagonalisation exacte. Au LPMMC, l’expert-e en calcul scientifique sera sous la responsabilité fonctionnelle du directeur du laboratoire.

Des formations seront proposées si besoin à la prise de fonction.

Le site des des concours du CNRS :

Contact au LPMMC Sergey Skipetrov (directeur du laboratoire).